vendredi 12 octobre 2012

Les 15-25 ans mangent n'importe comment


Une enquête dévoile les habitudes alimentaires inquiétantes des jeunes.
Ils font peu de sport, ne sont guère portés sur la consommation de fruits et légumes, grignotent ou sautent volontiers des repas et sont nombreux à sous-estimer leurs problèmes de poids. L'enquête réalisée en France auprès de mille personnes âgées de 15 à 25 ans pour une entreprise de conseils «Doing good, doing well» offre un inquiétant aperçu des habitudes alimentaires de la jeunesse française.
Elle tend à démontrer qu'un cinquième environ des jeunes adultes est atteint de surpoids ou d'obésité. Et lève le voile sur le manque de lucidité dont font preuve un tiers d'entre eux, qui se jugent «minces» ou «de corpulence normale» alors que leur indice de masse corporel affiche une valeur excessive.
Obésité et grignotage
Les enquêteurs de l'institut Ipsos, qui ont décortiqué jusque dans leurs moindres détails les pratiques alimentaires de cette génération, en livrent un tableau peu édifiant. La majorité des sondés cumulent les comportements anarchiques qui, on le sait, favorisent l'obésité  .
Six jeunes sur dix déclarent ainsi se nourrir au moins une fois sur deux devant un écran, 54 % s'alimentent à des horaires irréguliers, la moitié sautent souvent leur petit déjeuner que beaucoup prennent en cinq minutes. Beaucoup privilégient les boissons gazeuses à l'eau plate. Et le stress  , chez bon nombre d'entre eux, est décrit comme un puissant facteur de grignotage. «On comprend que l'existence des moins de 25 ans ne soit pas encore bien réglée, mais l'étude pointe une accumulation de mauvaises habitudes qui est réellement préoccupante, souligne Hélène Roques, directrice de l'entreprise de conseil aux entreprises désireuse de se faire connaître par leur action en faveur du bien-être des jeunes. Cette génération aura pourtant besoin d'énergie et de confiance en elle pour s'insérer dans le monde du travail.»
Interrogés sur la composition de leur régime alimentaire, 73 % des jeunes déclarent ne pas manger chaque jour des fruits et des légumes, souvent parce qu'ils n'aiment pas ça. Près de quatre sondés sur dix déclarent ne jamais pratiquer d'activité sportive. Et un grand nombre d'entre eux semblent peu sensibilisés à la nécessité de respecter une certaine hygiène de vie. À les entendre, nombre d'adolescents et de jeunes adultes font passer leurs dépenses vestimentaires et téléphoniques bien avant leur budget nourriture.
Devant la télévision
L'environnement familial contribue à expliquer le désordre alimentaire qui sévit chez les jeunes Français. 55 % d'entre eux affirment avoir grandi dans des familles où les repas étaient pris devant la télévision. Or, une étude américaine a démontré en 2007 que les repas pris devant le petit écran sont souvent peu équilibrés, tandis que les dîners pris en famille comportent généralement plus de fruits, légumes et laitages.
L'entrée dans la vie active est un autre facteur déréglant, six jeunes sur dix déclarant être fréquemment contraints de déjeuner sur le pouce sur leur lieu de travail. Beaucoup affirment aussi prendre leurs repas à des horaires décalés. Or, il semble établi que le non-respect du rythme biologique compte parmi les facteurs de surpoids et d'obésité. Ainsi, Hélène Roques appelle à la mobilisation des entreprises car, dit-elle, «les messages sanitaires des pouvoirs publics semblent ne pas avoir d'impact sur cette génération».

d'après lefigaro.fr

Résumez l'article 

1 commentaire: